mercredi 15 octobre 2014

Les étapes d’une politique de la communication interne

Les étapes d’une politique de la communication interne1) Répertorier les raisons d’une politique de communication interne
La communication interne peut êtrenécessitée par la croissance de l’entreprise, un changement de direction, une dispersion géographique, la pression de la concurrence, des difficultés économiques… qui sont autant de thèmes à traiter en communication.
2) Inventorier les moyens existants
Pour cela il est nécessaire de se poser un certain nombre de question :
 Quels sont les moyens ?
 De quelle nature sont-ils ?
 Comment sont-ils perçus par le personnel ?
 Comment fonctionnent-ils ?
3) Repérer les besoins
Les besoins peuvent être nombreux et variés même lorsqu’il y a une communication en place. La communication interne représente des enjeux pour tout le personnel. Si l’on désire vérifier si ces enjeux ont été satisfaits et si les objectifs ont été atteints on devra régulièrement évaluer l’efficacité des actions et la perception qu’en ont les salariés on parle d’audit de communication interne.
Ce sera une façon de communiquer avec le personnel et de l’interroger par un questionnaire, un sondage, une enquête. Il est important de créer des outils
manquant, d’améliorer les outils existants, d’homogénéiser des messages et de et développer la crédibilité de la communication
4) Bâtir une stratégie
A partir du moment où l’on construit bien l’entreprise grâce à l’état des lieux établit, il devient relativement aisé de bâtir une stratégie qui reposera essentiellement sur la logique et qui fera intervenir les 3 types ou volets de communication interne à savoir :
 La communication descendante
 La communication ascendante
 La communication latérale ou interactive ;

Le rôle de la communication interne

A. Motiver et fédérer
Il est impératif de bien comprendre le système dans lequel le salarié s’inscrit, on sait aujourd’hui à quel point les publics internes de l’entreprise ne sont plus des publics passifs.Les rapports hiérarchiques ce sont énormément transformés : bénéfices de rapports plus horizontaux (on parle d’opportunisme de la hiérarchie.) Par ailleurs, la précarité grandissante dans les postes rend les salariés beaucoup plus vigilent et attentifs à ce qui se passe au sein de leur entreprise. De ce fait, ils sont de plus en plus demandeur d’information et donc de communication. Il y a toujours une info qui circule dans l’entreprise et si l’un veut minimiser les risques de désinformation mieux valent gérer cette info que laisser la place à des rumeurs car une telle situation serait naturellement dangereuse pour l’image de l’entreprise. D’un autre côté, la communication interne doit contribuer à multiplier les aptitudes psychologiques des salariés, elle a donc pour objectif essentiel de motiver et fédérer.
communication interne4
De plus en plus de salariés sont actionnaires, lecteurs de la presse, téléspectateur, clients, c’est pour dire à quel point le statut du salarié est important. Le salarié peut avoir plusieurs statuts :
- Salarié (communication interne)
- Actionnaire (
- Citoyen (communication institutionnelle)
- Client (communication externe)
La motivation passe par une explication de la vocation de l’entreprise de sa politique. C’est pourquoi la formation des cadres hiérarchiques qui seront les relais permanents de l’information, devra intervenir en complément de l’information. On pourra ainsi obtenir des résultats satisfaisant et durable à travers une véritable politique d’info qui comportera 3 phases :
 Recueillir les besoins en info
 Définir les objectifs en termes d’info
 Choisir les moyens pour atteindre la cible
Par cette démarche, la communication interne vise à démontrer a chaque salarié qu’il est pris en considération au double titre d’être humain et de collaborateur. Il ne faut pas non plus oublier que les motivations sont évolutives, elles changent selon l’état de chacun et de climat dégagé par le groupe, ce qui consiste à une prise en compte psychologique et sociale du contexte professionnel. C’est pourquoi, la communication interne doit être impérativement considéré et gérée comme une technique de management. L’ensemble des salariés constitue une excellent « cible test » car elle est la représentation des publics externe à plus petite échelle. Le salarié est aussi client, partenaire et de plus en plus souvent actionnaire.
a) Les facteurs de démotivation
Ces facteurs peuvent venir de l’externe ou de l’interne :
 De l’externe : Ces facteurs peuvent être une vision économique, la conjoncture nationale ou mondiale, une fiscalité lourde, des raisons politiques… chacun de ces facteurs est suivi par l’entreprise qui ne peut guère agir directement pour en supprimer l’influence mais qui peut tenter en contrepartie d’apporter des motifs de satisfaction et de motivation.
 De l’interne : Ces facteurs peuvent être liés :
o Au mariage ou à la forme de management : chacun est sensible au fait d’avoir un directeur aimable qui sait exprimer ses ordres avec clarté et reconnaitre les compétences de ses collaborateurs.
o Au cloisonnement hiérarchique : c’est un moyen de freiner la circulation de l’info et de maintenir des barrières entre les salariés ce qui n’est pas motivant. De plus la lenteur
communication interne)

samedi 11 octobre 2014

mettre l'usager au centre de la communication administrative

Ce mot d’ordre n’est pas un simple slogan; il crée une approche nouvelle. Si l’usager est
considéré non seulement comme un interlocuteur à part entière, mais comme l’acteur
principal de la démarche dont l’Administration comprend et adopte le point de vue, la
procédure est perçue comme un véritable service en ligne et effectuée plus aisément.
Les principes qui suivent, d’ordre relationnel et informatif, concernent la manière d’établir
une relation simple et directe avec l’usager afin de faciliter l’accomplissement de la
démarche :
1.1  Personnaliser la communication;
1.2 Établir une relation de confiance avec l’usager;
1.3 Aller au-devant des besoins de l’usager en présentant sans détour ce que l’Admi-nistration attend de lui et en donnant avec précision les renseignements qui lui sont

nécessaires.
Chacun de ces trois principes se décline en diverses recommandations.

1.1  Personnaliser la communication
Il importe de donner à l’usager le sentiment que l’Administration s’adresse à lui person-nellement, en le considérant non comme un être anonyme, mais un interlo cuteur bien
identifié, et en employant un vocabulaire suffisamment individualisé pour lui permettre de
se reconnaître comme la personne concernée par la démarche.
Par exemple, on utilisera, autant que possible, les pronoms vouset nouspour désigner
respectivement l’usager et l’Administration, et, pour ce qui est des actions à effectuer, la
première personne je, mon, mes… pour placer l’usager en situation d’acteur et lui donner
la parole.
Si l’on doit utiliser des appellations administratives consacrées (prestataire, allocataire,
mandataire, tuteur…), on veillera à les définir ou les expliquer par des exemples, ou encore
à proposer des périphrases qui permettent à l’usager de se reconnaître.

Quelques bon pratique


Une analyse comparative des procédés (visuels, stylistiques…) employés, pour
présenter l’information de manière cohérente et claire et pour établir un dia-logue personnalisé avec l’usager, a permis de retenir trois objectifs généraux :
1     Mettre    l’usager    au    centre    de    la    communication    administrative
2     Accroître    l’intelligibilité    et    la    lisibilité    du    texte
3     Garantir    la    qualité    de    la    langue    :    clarté    et    simplicité
Ces objectifs ont toute leur place dans le contexte particulier des démarches en
ligne, fondées sur l’interactivité entre Administration et usager, et nécessitant
d’anticiper les besoins de ce dernier. Établir un dialogue virtuel exige d’augmen-ter encore les qualités principales de toute bonne communication.
On est donc aussi amené à tenir compte de critères ergonomiques afin que les
démarches soient « utiles », c’est-à-dire adaptées aux besoins et aux attentes des
usagers, et « utilisables », c’est-à-dire faciles à effectuer.

vendredi 10 octobre 2014

Définir la communication et la description du processus

La communication peut être définie comme le processus de transmission d'informations et
compréhension commune d'une personne à une autre. le mot
communication est dérivé du mot latin, communis, qui signifie commun. le
définition souligne le fait que si une compréhension commune résulte de la
l'échange d'informations, il n'y a pas de communication. Figure 1 correspond à la définition d'un
identifie les éléments importants du processus de communication .
schema communication













Deux éléments communs à tous les échanges de communication sont l'expéditeur et le
récepteur. L'expéditeur initie la communication. Dans une école, l'expéditeur est une personne qui
a un besoin ou un désir de transmettre une idée ou un concept à d'autres. Le récepteur est la personne
à qui le message est envoyé. L'expéditeur encode l'idée en sélectionnant des mots, des symboles,
ou avec des gestes qui pour composer un message. Le message est le résultat de l'
codage, qui prend la forme d', ou le langage verbal, non verbal écrit. Le message est
envoyé à travers un support ou canal, qui est le support de la communication. le
milieu peut être une conversation en face-à-face, un appel téléphonique, e-mail, ou rapport écrit. le
récepteur décode le message reçu en informations utiles. Le bruit est tout
qui déforme le message. Des perceptions différentes du message, les barrières linguistiques,
interruptions, les émotions et les attitudes sont des exemples de bruit. Enfin, la rétroaction se produit
lorsque le récepteur répond au message de l'expéditeur et renvoie le message à l'expéditeur.
Réactions permet à l'expéditeur afin de déterminer si le message a été reçu et
compris.
Les éléments dans le processus de communication déterminent la qualité de
communication. Un problème dans l'une quelconque de ces éléments permet de réduire la communication
efficacité . Par exemple, l'information doit être codé dans un message
définition-de-communication
qui peut être comprise comme l'expéditeur prévu. Sélection du milieu particulier pour
la transmission du message peut être critique, car il ya beaucoup de choix.
   Pour les médias écrits, un administrateur de l'école ou un autre membre de l'organisation peut
choisir des mémos, des lettres, des rapports, des babillards, des manuels, des bulletins d'information, et la
comme. Pour les médias verbale, les choix sont face-à-face conversations, téléphone, ordinateur,
systèmes de sonorisation, télévision en circuit fermé, les messages enregistrés sur cassette, le son / diaporama
montre, e-mail, et ainsi de suite. Gestes non verbaux, les expressions faciales, la position du corps, et même
les vêtements peuvent transmettre des messages. Les gens décodent l'information sélective. Les individus sont
plus susceptibles de percevoir l'information favorable quand il est conforme à leurs propres convictions,
les valeurs et les besoins . Lorsque la rétroaction ne se produit pas, la communication
processus est appelé la communication unidirectionnelle. La communication bidirectionnelle se produit avec
rétroaction et est plus souhaitable.
   La clé pour réussir à l'école contemporaine est la capacité de la
administrateur de l'école au travail avec d'autres acteurs de l'école (enseignants, personnel de soutien,
membres de la communauté, les parents, bureau central); et de développer un sens commun de ce que le
district scolaire / de l'école tente d'accomplir - où il veut aller, un sentiment partagé
des engagements que les gens ont à faire pour faire avancer le / district scolaire de l'école
d'une vision commune et la clarté des objectifs. Comme les administrateurs scolaires sont en mesure de construire une
partagées mission, la vision, les valeurs et les objectifs, le district scolaire / école deviendra plus
efficace. Construire une relation entre les administrateurs scolaires et autre école
parties prenantes exige une communication efficace.
   Par exemple, la recherche indique que les directeurs passent de 70 à 80% de leur temps dans
communication interpersonnelle avec les différentes parties prenantes . Directeurs efficaces savent comment communiquer, et qu'ils comprennent la
importance de la communication en cours, à la fois formelle et informelle: réunions de faculté et du département; entretiens individuels avec les parents, les enseignants et les élèves; et téléphone
appels et des messages e-mail avec divers groupes d'intervenants.
   La seule constante dans la vie d'un directeur beaucoup d'interruptions - ils se produisent
par jour, avec un nombre de conversations à une et trois minutes au cours de la journée.
Ce type de communication dans le travail du principal doit être fait sur ​​un une à une
appel téléphonique à une personne à la fois, un parent à la fois, un enseignant à la fois, un étudiant
à la fois; et un directeur doit prendre le temps pour ces conversations. Par exemple, un
principale peut être parler avec un parent à un problème très grave. Elle peut être parle
avec un membre de la communauté. Elle peut être de parler avec la police au sujet de quelque chose qui
qui s'est passé durant la journée scolaire. Le directeur doit être en mesure de se allumer et éteindre en
de nombreux rôles différents dans une journée donnée.

Introduction à la communication

La communication est le processus de transmission de l'information et de la common
compréhension d'une personne à une autre. Dans cet article, je discute l'
processus de communication, les obstacles à la communication, et l'amélioration de la communication 
efficacité.
L'étude de la communication est importante, parce que chaque fonction administrative
et l'activité implique une certaine forme de communication directe ou indirecte. Que la planification
et organisation ou direction et de surveillance, les administrateurs scolaires et communiquer avec
par d'autres personnes. Cela implique que les compétences de communication de chaque personne affectent à la fois
l'efficacité personnelle et organisationnelle (Brun, 2010; Summers, 2010). il semble
raisonnable de conclure que l'une des forces les plus inhibitrices de l'organisation
l'efficacité est un manque de communication efficace (Lutgen-Sandvik, 2010). De plus,
communicationbonnes aptitudes à la communication sont très importants pour les succès comme un administrateur de l'école.
Une étude récente a montré que les recruteurs évaluant les compétences de communication comme le plus important
caractéristique d'un candidat idéal (Yate, 2009).
   Dans cet article, je vais vous aider à mieux comprendre la façon dont les administrateurs scolaires peuvent
améliorer leurs compétences en communication. Pour commencer, je définis ce que l'on entend par communication
puis de discuter du processus par lequel il se produit. Suite à cela, j'examine les obstacles à
communication et des moyens d'améliorer l'efficacité de la communication.